Trail

10151772_714647431964551_2602985278924249075_n.jpg 10353639_706810706081557_4510527186687316506_n.jpg

Liens

Où et Quand ?

Le samedi selon le calendrier publié pour chaque semestre.
Ce créneau est plutôt réservé aux étudiants et aux personnels qui se destinent à la course de montagne et au trail.
Il faut donc être en bonne condition physique et bien préparé pour participer à ce cours.
Un éclaireur et un serre-file sont prévus pour ces sorties.

Descriptif de la pratique du trail

Le Trail est une activité assez nouvelle au SUAPS et donc un peu inconnue. Elle peut ainsi vous inquiéter et vous intéresser à la fois, car elle est enracinée dans la culture Réunionnaise (notamment par le Grand Raid).
Vous aurez en fait plusieurs problèmes à résoudre en début d’apprentissage:
-contrôler un départ trop rapide et gérer la totalité d’un parcours escarpé avec un fort dénivelé,
-conserver une bonne aisance respiratoire en synchronisant le «pattern» gestuel (fatigue musculaire),
-garder une régularité d’allure en montée (vitesse ascensionnelle exprimée en mètres positif /heure)
–et enfin conserver de l’énergie pour rester lucide dans les descentes sur la totalité du parcours (notion de coût énergétique).
En résumé, il faut se déplacer vite tout en gérant les ressources énergétiques (notion d’auto-suffisance). C’est par ailleurs l’enjeu primordial de cette unité d’apprentissage, au-delà de l’aspect cognitif qu’il provoque (gestion mentale de ses défaillances).

Je me lance sur le trail !

Le trail vous fait de l’œil depuis un moment ? Vous avez envie vous aussi de vous lancer à l’assaut des sentiers, sac sur le dos, avec peut-être le rêve un peu flou de participer un jour à l’une de ces épreuves d’ultra devenues mythiques ? Y a-t-il un niveau minimum pour se lancer ?

A cela, plusieurs réponses possibles selon votre profil et votre pratique (ou votre passé) sportive.
Une chose est sûre : en trail on court ! Bien sûr, selon le profil de l’épreuve, la marche va représenter une part plus ou moins importante du mode de progression, mais une base en course à pied reste indispensable.

Si vous êtes néophytes en course à pied, il est important d’acquérir d’abord une endurance suffisante dans ce domaine avant de vous lancer sur un trail : vous éviterez ainsi de subir la course sans prendre de plaisir…

Une base d’endurance s’acquiert en courant des footings à allure lente à modérée au moins 2 fois par semaine. Dès que vous êtes capables de faire durer ces sorties 1h chacune, vous avez le minimum de foncier pour participer à des courses nature de 15-20 km maxi, dans une perspective de découverte.
Malgré la surenchère qui existe en terme de distance et dénivelé dans les calendriers de trail, ne soyez pas trop gourmand, il vaut mieux y aller progressivement que se dégoûter sur une épreuve pour laquelle on n’est pas préparé.
Vous allez peut-être devoir marcher sur certaines portions : oubliez l’idée qu’il faut courir le plus possible, la marche rapide est parfois aussi efficace tout en étant bien plus économique énergétiquement parlant.
Ne cherchez pas à suivre un rythme qui n’est pas le votre, en trail on oublie le chrono, les temps de passage, le classement pour se concentrer sur ses sensations (et les paysages !) que l’on partage souvent avec d’autres coureurs. Les baisses de régime sont fréquentes voire incontournables (sur du long notamment), il faut apprendre mentalement à les accepter et à les dépasser (ou à les éviter s’il s’agit d’une hypoglycémie) : la succession de hauts et de bas est très caractéristique du trail. Vous apprendrez beaucoup sur vous et sur les réactions de votre organisme à ce type d’effort.

Et si, comme c’est fort probable, le virus vous prend, vous allez vouloir progresser, pour aller un peu plus vite, ou viser des distances plus importantes : il sera alors nécessaire de s’entrainer davantage, et d’introduire des séances de qualité (fractionné), et de travail de renforcement musculaire pour aborder les dénivelés (positifs comme négatifs) dans les meilleures conditions.
L’augmentation de l’entrainement va de paire avec une diversification de celui-ci avec l’introduction de sports portés (vélo, roller, natation…).
Ceux-ci vont ainsi non seulement préserver vos articulations des membres inférieurs, mis à rude épreuve en course à pied, mais également éviter la lassitude mentale que tous les coureurs ont déjà éprouvée, surtout quand on planifie une saison entière.

De plus, l’entrainement à vélo par exemple, permet d’augmenter sensiblement son volume d’entrainement en limitant le risque de blessure dû à la répétition des chocs (la sortie vélo est plus longue que le simple footing).
L’enchainement vélo + course à pied est également très intéressant comme sortie longue, avec un travail musculaire varié très bénéfique pour les dénivelés.
Bon trail avec le SUAPS !

IMPORTANT

- ne pas oublier de s'acquitter du montant des sport de nature au secrétariat du SUAPS (40€ pour le second semestre)
- ne pas oublier de s'inscrire sur le site du SUAPS (liste mail pour diffusion d'information)
- ne pas oublier les réunions d'information et de rendez-vous pour les préparations (diffusée par mail ou sur le site www.suaps-lareunion.fr).